Musitechnic Academy

99,9% KAYTRANADA

 

Un review d’Adrien Fertier


kaytranadavicmensa-img

Ma relation avec Kaytranada est un peu paradoxale. Vous allez comprendre. Je connais son existence depuis son Boiler Room à Los Angeles en 2013 et depuis, je le suis mollement, de loin, en écoutant un titre de temps en temps ne sachant pas trop où situer son style. J’explique ce phénomène forcement par le fait qu’en le découvrant via ses mixs, je découvre surtout ses goûts plus que ses productions.

 
 
 
 
 
 
 

Kaytranada Boiler Room Los Angeles DJ Set

 


 
kaytranadavicmensa-img2

Deuxième contact 1 an plus tard : un autre Boiler Room, cette fois à domicile, Montréal bien sûr. Je dis bien sûr parce que (j’ai l’impression que tout le monde le sait) Kaytranada est un beatmaker montréalais. Souvent mentionné dans les articles qui parlent de lui, il représente clairement la scène montréalaise dans toute sa diversité et son originalité. Kaytranada c’est un peu l’ambassadeur des beatmakers de Montréal. Un style décomplexé qui ne semble pas copier le voisin et ça les gens aiment!

 
 


 
kaytranadavicmensa-img3
 

Pour résumer, avant de me procurer « 99,9% » chez mon disquaire habituel, je n’avais vu que 2 Boiler Room et écouté une poignée de morceaux. Rapidement en plus de ça, j’avoue tout. Parmi ces morceaux j’étais tombé sur « Glowed Up » avec Anderson Paak en guest. Clip magnifique mais j’étais pas super emballé. Pourtant gros fan d’Anderson, je me suis fait surprendre par les gros subs dans ma face et le snare un peu trop trap à mon goût. Je n’ai tellement pas accroché que mon cerveau en a même occulté l’outro qui pourtant est très réussie. C’est le piège d’entendre un morceau sorti de son album surtout dans le cas précis où l’album est très varié.

 

Kaytranada – Glowed Up Feat. Anderson .Paak

 


 

Et c’est là que le coup de foudre intervient. La rencontre. Les yeux dans les yeux. J’ai déballé l’album, parcouru rapidement l’artwork du booklet avec ses couleurs qui piquent un peu les yeux et j’ai enfin lancé le disque. En deux secondes, j’ai compris. J’ai compris son esthétique, ses influences, son son. L’intro est disco, elle est funky, elle est old-school et moderne à la fois. Le son est chaud, un peu étouffé, un peu brut ce qui définit très bien l’atmosphère générale du disque selon moi. Évidemment j’ai enchainé les morceaux avec la playlist à la main, pour sa quantité impressionnante de featurings.

 

Kaytranada – Track Uno


 

Après « Bus Ride » qui a amplement prolongé le plaisir de l’intro, j’ai vite commencé à me refaire du souci. Craig David. Ne me jugez pas. J’étais resté sur l’époque « 7 Days », « Walking Away ». Un peu trop propre à mon goût et surtout très début années 2000 dans le son. C’est donc contre toute attente que j’ai reçu « Got It Good » comme une grosse claque. Le genre qui laisse des traces. Je m’agenouille devant le choix de faire appel à Craig David, de s’imprégner de sa vibe, son flow et sa voix de velours et d’en sortir un beat fat et sloppy! Une vraie leçon. À l’heure qu’il est, j’ai même un onglet ouvert sur Youtube dans lequel j’ai tapé « Craid David ». True story.

 

Kaytranada – Got it Good


 

Les morceaux qui suivent ne déçoivent pas et je commence à faire le lien dans ma tête pour les relier au fameux « Glowed Up » mentionné plus haut. Je comprends déjà mieux. Les grosses basses, le son un peu sale, un peu lo-fi. Avant de lui donner une deuxième chance je dois passer par « Drive Me Crazy » qui finit le travail de réconciliation et ouvre le spectre de l’album. Le morceau parfait pour préparer le terrain en poussant les meubles tout en criant : « Ok les mecs, je vais devenir varié là! ». J’étais très curieux d’entendre la collaboration avec les canadiens Badbadnotgood que j’aime beaucoup. Le mélange est évidemment réussi puisque ces derniers sont très hip-hop dans leur manière d’aborder la musique et leurs featurings.

 

Kaytranada – Drive Me Crazy


 

Je m’approche tranquillement d’Anderson Paak et je replonge dans « Glowed Up » (fil rouge de cette chronique!) avec une oreille neuve et comme vous vous en doutez déjà, j’ai adoré. C’est fou comme sortie d’un tout, une chanson peut prendre un tout autre visage. C’est ce que j’aime de « 99,9% ». Sa variété est sa force. Kaytrana a su s’entourer d’artistes différents des uns des autres, respecter l’identité de chacun et imposer son style. De Craig David à Little Dragon, du breakbeat au funk, le grand écart est réussi et en souplesse en plus.

 

Kaytranada – Glowed Up Feat. Anderson .Paak


 

Résultat des courses, désormais je ne raterai aucune sortie de Kaytranada, promis. Pour un premier LP, le contrat est plus que rempli. Certains pourront reprocher un éclectisme que je ne peux pas nier mais qui au contraire me fait tant apprécier cet album car je sais à quel point il peut être ardu d’assembler et condenser toutes ses références sous un même son. Et c’est ça qui, à mon humble avis, fait de Kaytranada un producteur accompli.

 

 

Adrien Fertier

23 juin 2016

0 responses on "99.9% par Kaytranada (03-06-2016)"

Leave a Message

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Musitechnic © TOUS DROITS RÉSERVÉS